Les collections

L'EPA ouvre la période de commentaires sur le projet d'interdiction de l'atrazine

L'EPA ouvre la période de commentaires sur le projet d'interdiction de l'atrazine


Photo gracieuseté de Tom Brakefield / Stockbyte / Thinkstock

L'EPA prend des mesures pour interdire l'atrazine, un herbicide populaire, un perturbateur endocrinien connu.

Poussé par une pétition renforcée avec plus de 60 000 signatures et courriels, l'EPA a ouvert un avis de disponibilité le 14 septembre pour une éventuelle interdiction du populaire herbicide atrazine. L'avis de disponibilité sollicite les commentaires du public sur le sujet pendant 60 jours.

Le produit chimique - le plus couramment trouvé dans les eaux souterraines américaines et est le deuxième herbicide le plus populaire aux États-Unis - a été interdit en Europe en 2004 en raison de ses propriétés nocives. Des traces d'atrazine subsistent encore en France même si elle y a été utilisée pour la dernière fois il y a 15 ans.

L'entreprise agrochimique suisse Syngenta produit de l'atrazine et en vend 80 millions de livres aux États-Unis chaque année. Les agriculteurs américains comptent sur le pesticide pour lutter contre la croissance des mauvaises herbes dans leurs champs de maïs, de sorgho et de canne à sucre, et il est également appliqué aux pelouses et aux terrains de golf.

Mais toute l'atrazine ne reste pas dans le sol. Une fois pulvérisés, plus d'un demi-million de livres d'atrazine sont emportées par le vent et reviennent sous forme de pluie et de neige.

Des études effectuées sur des grenouilles mâles ont montré que l'atrazine à des concentrations de 2,5 parties par milliard perturbe le système endocrinien, conduisant à une immunosuppression et à un hermaphrodisme. Chez les poissons, les scientifiques ont découvert que l'atrazine affecte le processus de reproduction. Chez l'homme, les résultats indiquent le lien qu'il peut avoir avec le cancer. Le US Geological Survey, l'Université de Californie à Berkeley et l'Université du sud de la Floride ont tous publié des rapports sur les effets nocifs de l'atrazine.

Les partisans des organisations à but non lucratif Save the Frogs, le Conseil de défense des ressources naturelles et le Centre pour la diversité biologique ont signé la pétition.

«L’atrazine est le DDT du XXIe siècle», déclare Kerry Kriger, fondateur et directeur général de Save the Frogs. La mission de l’organisation est de défendre les amphibiens, dont les taux d’extinction ont augmenté à un rythme élevé. Save the Frogs a contribué 10 000 signatures et est le groupe derrière la demande d'avis de disponibilité de l'EPA. «Maintenant que nous avons l’attention de l’EPA, nous faisons un grand pas en avant pour protéger notre approvisionnement alimentaire, notre eau potable et notre faune contre ce perturbateur endocrinien connu», déclare Kriger.

«Cependant, seuls quelques pour cent des Américains ont déjà entendu parler de l'atrazine, il est donc essentiel de sensibiliser le public à ce problème si nous voulons vaincre le pouvoir de lobbying des géants de l'agrochimie d'un milliard de dollars.

Ceux qui souhaitent commenter cette question doivent le faire avant le 14 novembre via le site Web en ligne, par courrier ou par correspondance. Des informations détaillées sur la pétition sont disponibles sur le site Web du Federal Register.

Syngenta, qui a gagné plus de 11 milliards de dollars l'année dernière, se classe actuellement au no. 1 dans la liste des plus grandes entreprises de pesticides au monde.

Tags atrazine, EPA, eaux souterraines, conseil et centre de défense des ressources nationales, sauver les grenouilles, syngenta


Voir la vidéo: Atrazine et consorts (Septembre 2021).